Chronologie sur le-pop-art.com Timeline on poparthistory.com
Le Pop art > Chronologie
Oeuvres d'art
Oeuvres
Galerie d'art virtuelle des oeuvres d'art des artistes Pop art.
Voir les oeuvres d’art Pop art

Chronologie du Pop Art

Découvrez les événements importants du Pop art à l'aide de notre frise chronologique.

Frise chronologique
1947

Eduardo Paolozzi inclut le mot Pop dans une œuvre.

L’artiste écossais, illustrateur et co-fondateur du Groupe Indépendant Eduardo Paolozzi est le premier à développer un nouveau style artistique dans I Was a Rich Man’s Plaything (« J’étais le jouet d’un homme riche »), tableau composé d’images découpées d’une pin-up, du logo Coca-Cola, d’une tarte aux cerises et du mot Pop. Ce travail est souvent désigné comme le précurseur du mouvement Pop Art.

1952

Paolozzi présente Bunk ! à Peter Blake et Richard Hamilton

Paolozzi présente une conférence au GI à l’Institut d’Art Contemporaine (IAC) de Londres, avec une série de collages intitulés Bunk ! Cette œuvre est composée d’objets trouvés comme les publicités, des personnages de comics, des couvertures de magazines et autres images diverses produites en nombre qui témoignent de la culture populaire américaine. Le groupe est constitué de Peter Blake, Richard Hamilton, William Turnbull et le critique d’art Lawrence Alloway.

1954

Les critiques et les artistes commencent à utiliser le mot Pop

John McHale, également cofondateur du GI et du IAC, aurait inventé la phrase Pop Art, bien que plusieurs pensent qu’il s’agirait en fait d’une invention du critique d’art Lawrence Alloway. Les artistes du GI et les critiques utilisent le mot Pop au milieu des années 50 pour décrire le mélange de la culture populaire de masse avec les beaux-arts dans l’idée de produire une nouvelle esthétique en réponse à la commercialisation de la culture occidentale.

1955-57

Peter Blake crée On The Balcony (« au balcon »)

Le tableau, qui à première vue ressemble à un collage, représente des personnages tenant des chefs d’œuvres connus. On The Balcony devient une œuvre emblématique du canon Pop Art, à présent exposée au Tate Britain.

1956

Le collage Pop emblématique de Richard Hamilton est exposé.

Le collage d’Hamilton What is that Makes Today’s Home So Different and So Appealing ? (« Qu’est-ce qui fait qu’aujourd’hui la maison semble tellement différente et attirante ? ») est présenté à la galerie d’art Whitechapel à Londres. L’esthétique Pop Art est née.

La galerie Whitechapel à Londres tient l'exposition : This is tomorrow

Une exposition qui s'inspire de la culture populaire (ex : Marilyn Monroe et publicité de film)

1957

Hamilton définit le Pop.

« Populaire (conçue pour le grand public) ; éphémère (solution à court terme) ; consommable (aisément oublié) ; bon marché ; produit en masse ; jeune (à destination de la jeunesse) ; insolent ; sexy ; fantaisiste ; séduisant ; et qui rapporte gros. »

Ouverture de la galerie de Leo Castelli à New York

La galerie de Castelli fait la promotion d'oeuvres Pop Art

1958

Lawrence Alloway consacre le Pop Art

« Le terme, d’origine anglaise selon moi, est une description des communications de masse, particulièrement, mais pas uniquement, celles qui sont visuelles. » Le critique d’art Lawrence Alloway publie l’essai Arts et Médias de Masse, qui utilise la phrase « art populaire de masse ».

La Galerie de Leo Castelli à New York tient une exposition Pop Art

Une exposition des oeuvres de Robert Rauschenberg et Jasper Johns

Années 50

Le Pop Art arrive aux États-Unis.

Les artistes américains néo-dada et amants Jasper Johns et Robert Rauschenberg lancent le Pop Art américain, en utilisant l’imagerie de masse, l’iconographie, les objets trouvés et en employant des techniques telles que la gravure, la sérigraphie et le collage.

1960

Premières peintures par l'artiste Andy Warhol

Des oeuvres qui s'inspirent de bandes dessinées, telles : Dick Tracy et Superman

1961

Roy Lichtenstein crée ses premières œuvres Pop Art.

« Le Pop Art est l’utilisation de l’art commercial en tant que sujet en peinture. Il était difficile de trouver un tableau suffisamment ignoble pour que personne ne veuille le suspendre au mur – tout le monde suspendait n’importe quoi. La seule chose que tout le monde détestait, c’était l’art publicitaire ; et apparemment, il n’était pas suffisamment détesté non plus. ». Roy Lichtenstein.

La galerie Daniel Cordier de Paris tient une exposition de l'artiste Rauschenberg.

1962

La BBC diffuse Pop Goes the Easel.

L’émission d’art vedette de la BBC, Monitor, diffuse Pop Goes the Easel, un documentaire magnifique sur les jeunes artistes Pop britanniques du moment, dont Sir Peter Blake et Pauline Boty.

La galerie Leo Castelli tient une exposition de Roy Lichtenstein

Les oeuvres exposées sont produites à partir de bandes dessinées

Andy Warhol fait sa première exposition solo.

La première exposition dédiée entièrement à Andy Warhol présente les maintenant très connus 32 tableaux des boîtes de soupe Campbell’s, une pour chaque saveur. Le style visuel du Pop Art est maintenant établi ; des couleurs vives, souvent primaires, une imagerie emblématique tirée des médias quotidiens et de la publicité, l’utilisation de collages, de sérigraphie, de toiles de grande taille et l’utilisation de l’ironie, de la parodie et de l’insolence. Le dictionnaire Collins décrit le Pop Art comme « un mouvement dans l’art moderne qui imite les méthodes, les styles, et les thèmes de la culture populaire et des médias de masse, comme les bandes dessinées, la publicité et la science-fiction. »

Warhol présente le Diptyque Marilyn.

La première exposition solo d’Andy Warhol à New York présente le Diptyque Marilyn, quelques mois à peine après la mort de l’actrice. L’œuvre sera au centre de l’exposition Andy Warhol au Tate Liverpool.

Un symposium sur le Pop Art se tient au Musée d’Art moderne de New York.

Le symposium introduit le terme Pop Art à la communauté de l’art. Warhol et Duchamp font partie de l’audience.

1963

Le Guggenheim présente l’exceptionnel Pop Art Show.

Organisé par Lawrence Alloway du GI, Six Painters and the Object (« Six peintres et l’objet ») marque l’apogée du Pop Art avec des œuvres par Jim Dine, Jasper Johns, Roy Lichtenstein, Robert Rauschenberg, James Rosenquist et même Andy Warhol.

Septembre 1963

Whaam ! de Lichtenstein est exposé.

Whaam ! est exposé à la galerie de Leo Castelli dans la ville de New York. L’œuvre incarne le style de Lichtenstein, des motifs de comics, des couleurs vives et primaires, un format large, une forme stylisée et pleine d’humour. La Tate Gallery achète le tableau en 1966 pour 3940 livres sterling et il est à présent exposé de façon permanente au Tate Modern de Londres.

Andy Warhol, inaugure le studio de création Factory à New York.

1963

Warhol crée Silver Car Crash (Double Disaster) (« Accident de voiture argentée (double désastre) »)

Cette œuvre va devenir l’œuvre la plus chère de Warhol, vendue pour…. 105 millions de dollars.

1964

Le magazine Life met en doute le Pop Art.

Le magazine publie un article sur Lichtenstein avec pour titre « Est-il le pire artiste aux États-Unis ? » qui provoque le doute et la remise en question des artistes du Pop Art en les faisant paraître comme des imitateurs et des profiteurs.

Rauschenberg reçoit un grand prix à la Biennale de Venise, ce qui laisse prétendre une certaine prédominance de l’art américain sur l’art européen.

1965

Warhol amplifie son rythme de création dans the Factory.

Avec l’aide de très nombreux assistants à son studio newyorkais, The Factory, Warhol maximise sa productivité.

Warhol réalise une oeuvre pour illustrer la pochette de disque du groupe Velvet Underground.

1966

Lichtenstein abandonne le Pop Art.

Laissant derrière lui son style Pop Art emblématique, Lichtenstein travaille sur ses séries Peintures Modernes et Sculptures Modernes.

1967

Peter Blake conçoit la jaquette de l’album Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band

Les Beatles lancent leur 8ème album Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band avec un travail graphique par Peter Blake et son épouse Jann Haworth. Cette œuvre deviendra une pièce représentative du Pop Art britannique.

1968

La féministe radicale Valerie Solanas tire sur Andy Warhol, ce qui changera le reste de sa vie.

The Factory renforcera étroitement sa surveillance et Warhol ne s’en remettra jamais complètement, devant porter un corset chirurgical pour le restant de ses jours. La fin du Pop Art est proche.

1969

Musée d'art Moderne de New York tient une rétrospective de l'œuvre d'Oldenburg.

1971

Warhol réalise une oeuvre pour illustrer la pochette du disque Sticky Fingers pour les Rolling Stones.

Voir la frise chronologique en image


Lecture Andy Warhol